mardi 26 octobre 2021
19:00

BAMBARA

Organisateur : Radical Production & La Boule Noire

Ouvertures des portes : 19h30

11.80 €

Le concert de Bambara initialement prévu le 18 mars 2021 à la Boule Noire est reporté au 26 octobre 2021. Les billets restent valables. Remboursement possible auprès de votre point de vente jusqu'au 20 mars 2021.

Une chose que vous ne pourrez pas éviter sur "Stray" de Bambara, c'est la mort. Elle est partout et inéluctable. Il serait cependant faux de qualifier le quatrième album du groupe de simple affaire sombre et lugubre. Le paysage sonore est varié, montrant le groupe à la fois plus lourd et plus nuancé que jamais, tandis que les paroles passent rapidement du sublime au surréaliste. C'est sans aucun doute leur déclaration la plus forte à ce jour.

 

Bambara - Les frères Bateh, Reid et Blaze, respectivement chanteur / guitariste et batteur, et le bassiste William Brookshire - ont fait évoluer leur noise noire comme la nuit en quelque chose de plus subtil et de plus expansif depuis la sortie de leur premier album "Dreamviolence" en 2013. Ce processus s'est grandement accéléré lors de la sortie de "Shadow On Everything" en 2018, leur premier album sur Wharf Cat Records. Ce fut un grand pas en avant pour le groupe, tant au niveau des paroles que de l'écoute.

 

L'album concept a été accueilli avec enthousiasme par la presse, les auditeurs et leurs pairs. NPR l'a qualifié d’"opus fascinant... occidental et gothique". "Shadow On Everything" a également été très bien accueilli de l'autre côté de l'Atlantique. L'influent DJ britannique Steve Lamarcq les a surnommés le meilleur groupe de SXSW en 2019, et le groupe britannique Idles a invité Bambara à les rejoindre pour leur première tournée américaine complète après avoir partagé une affiche à Brooklyn. La question était cependant de savoir que faire ensuite.

 

Pour commencer, le groupe a fait ce qu'il fait toujours : il s'est enfermé dans son sous-sol sans fenêtre de Brooklyn, pour écrire et retravailler des chansons. Les décisions ont été prises très tôt pour essayer d'expérimenter de nouvelles instrumentations et structures de chansons, sans se soucier de la façon dont les morceaux seraient interprétés en live. Tout au long du processus d'écriture des chansons, le groupe a puisé dans son profond puits de références créatives, s'inspirant de Leonard Cohen, de Sade, du classique noir français Ascenseur pour l'Échafaud, ainsi que des piliers du gothique sudiste Flannery O'Connor et Harry Crews.

 

Une fois les bases mises en place, le groupe a rencontré le producteur Drew Vandenberg à Athènes, en Géorgie, pour enregistrer la fondation de "Stray". Après avoir recruté des amis, Adam Markiewicz (The Dreebs) au violon, Sean Smith (Klavenauts) à la trompette et un mélange crucial de chœurs de Drew Citron (Public Practice) et Anina Ivry-Block (Palberta, Shimmer), le groupe s'est réuni dans une cabane isolée dans la campagne géorgienne, où Bateh a posé sa voix.

 

Le produit fini représente à la fois le travail le plus expérimental et le plus accessible du groupe à ce jour. Les choristes mentionnés ci-dessus créent un contraste d'une beauté obsédante avec le baryton ivre de Bateh sur des morceaux comme "Sing Me To The Street", "Death Croons" et "Stay Cruel", tandis que le riff de guitare inspiré par Dick Dale sur "Serafina" et les chœurs d'appels et de réponses montrent la capacité du groupe à écrire des accroches.

 

Aujourd'hui, alors que la musique elle-même est évocatrice et propulsive, un rêve fébrile en soi, le contenu lyrique pousse le disque encore plus loin dans son propre royaume sombre et palpitant. Si les chansons de "Shadow On Everything" étaient comme les chapitres d'un roman, alors cette fois-ci, elles constituent un ensemble cohérent de nouvelles.  Les histoires d'amour perdues et tragiques sur des titres comme "Made For Me" et "Machete", sont couplées à des histoires qui sont à la fois terrifiantes et des personnifications à l'humour noir de la mort comme quelqu'un qui aime à la fois les sucreries et collecter les restes de ses victimes dans le coffre de sa voiture.

 

"Stray" représente un autre saut monumental pour les Bambara. C'est un album qui traite de la dualité, dans la musique et les paroles. Il est vaste, atmosphérique et cool - c'est aussi le disque du groupe le plus porteur d’un message de vie.